43ème billet | « Au Diapason du Monde » | à la Fondation Louis Vuitton

 

 

L’EXPOSITION « AU DIAPASON DU MONDE », GRAND BONHEUR POUR LES YEUX ! 

 

Retrouver des vieux amis, fidèles en amitié, est toujours un grand plaisir.

Faire la connaissance de nouveaux amis procure une joie, pleine de promesses.

Voilà ce que j’ai ressenti en sortant de l’exposition (où il n’y a pas foule…tant mieux !) « Au Diapason du Monde », à la Fondation Louis Vuitton. De très belles pièces de la collection d’art de la Fondation, souvent de taille XXL, sont présentées. Elles sont merveilleusement mises en valeur dans ces salles immenses aux murs blancs. Mes yeux se sont régalés.

 

Françoise Revol-O'Quin | FrancescArts | http://francoiserevol-oquin.com | Réalisation Agence Culture Digitale http://culture-digitale.net/ Culture Digitale, l’agence digitale au service des acteurs culturels depuis 2011. 

« Lilak » 1982 Gerhard RICHTER Huile sur toile, diptyque (260x400cm)

 

 

I RETROUVER DES VIEUX AMIS !

 

Autant vous épargner les trois parcours autour desquels la Fondation a organisé son exposition. Ils sont beaucoup trop intellectuels et « tirés par les cheveux » pour moi.

Pas de doute, je suis sous le charme de la quasi-totalité des œuvres exposées, mais voilà mes « coups de cœur » !

 

 Françoise Revol-O'Quin | FrancescArts | http://francoiserevol-oquin.com | Réalisation Agence Culture Digitale http://culture-digitale.net/ Culture Digitale, l’agence digitale au service des acteurs culturels depuis 2011.

 

« Trois hommes qui marchent I » 1948 Alberto GIACOMETTI

Bronze avec patine marron

 

 

 

Dès le début de l’exposition, j’ai retrouvé des sculptures d’Alberto Giacometti (1901-1966), ces chers « vieux amis » pour lesquelles (vous le savez déjà !!) j’ai un faible certain…. « J’ai toujours eu…. le sentiment de la fragilité des êtres vivants, comme s’il fallait une énergie formidable pour qu’ils puissent tenir debout… ». Ces propos du sculpteur résonnent profondément en moi.

 

 Françoise Revol-O'Quin | FrancescArts | http://francoiserevol-oquin.com | Réalisation Agence Culture Digitale http://culture-digitale.net/ Culture Digitale, l’agence digitale au service des acteurs culturels depuis 2011.

« Homme qui chavire » 1950 – Alberto GIACOMETTI

Bronze peint 59,1 x 26,5 x 27,5cm

 

Dans cette salle immense, au milieu d’autres œuvres, j’ai été frappée par la connivence entre « L’Homme qui chavire » et le collage « Nu bleu aux bas verts » de Matisse. Je n’avais jamais eu la chance de les voir proches l’un de l’autre. Leur complicité, parfaitement mise en valeur, m’a sauté aux yeux.

 

 

 Françoise Revol-O'Quin | FrancescArts | http://francoiserevol-oquin.com | Réalisation Agence Culture Digitale http://culture-digitale.net/ Culture Digitale, l’agence digitale au service des acteurs culturels depuis 2011.

« Nu bleu aux bas verts » 1952 Henri MATISSE –Papiers découpés, peints à la gouache et collés sur fond de papier vélin marouflé sur toile, 258 x 167 cm

 

 

 

C’est au début des années 1930 qu’Henri MATISSE (1869-1954) commence à expérimenter les « papiers découpés » pour la « Danse », le projet monumental de la Fondation Barnes. A partir de 1943, cette technique prend une importance particulière dans son travail, car il y trouve une résolution des rapports entre couleur et dessin. 

 

 

Cela faisait un moment que je n’avais pas vu de travaux d’Yves KLEIN (1928-1962). A la Fondation Louis Vuitton vous pourrez admirer des peintures, mais également des sculptures (en éponge). Toutes ses œuvres ont été réalisées dans cet outremer extrêmement saturé, qu’il nomme IKB (International Klein Blue). Dans « Anthropométrie sans titre », comme pour les autres peintures de cette série, des modèles nus se roulent dans la peinture avant d’être dirigés par Yves KLEIN vers la surface qu’ils imprègnent de couleur avec leur corps tels des « pinceaux vivants ».

 

 

 Françoise Revol-O'Quin | FrancescArts | http://francoiserevol-oquin.com | Réalisation Agence Culture Digitale http://culture-digitale.net/ Culture Digitale, l’agence digitale au service des acteurs culturels depuis 2011.

 

« Anthropométrie sans titre (Ant 104) » 1960 Yves KLEIN – pigment pur et résine synthétique sur papier marouflé sur toile, 278 x 410 cm

 

Dans la peinture ci-dessus, les empreintes des corps se recouvrent les unes les autres au centre de la toile en un désordre dont la saturation empêche de distinguer les corps. Magnifique, tout en subtilités et en éclat ! 

 

J’ai également retrouvé avec beaucoup de plaisir les peintures de Gerhard RICHTER (né à Dresde en 1932). Le diptyque « Lilak » (voir la première photo), a été réalisé en 1982, avec des pinceaux, des brosses et des spatules pour donner des effets de matière. Les superpositions géométriques de lignes, colonnes, traits et tubes créent l’illusion de la profondeur. Et les couleurs franches (vert, jaune et bleu) dégagent une impression d’énergie et de profusion. Plantée devant, j’ai eu l’impression de plonger dans un univers subtil aux mille facettes…Il est très fort Mr RICHTER !

 

 

 

II RENCONTRER DES NOUVEAUX AMIS

 

Bien agréable de croiser de nouveaux amis avec lesquels un courant positif passe.

Impossible de rester indifférente à « Felix the Cat », sculpture monumentale qui fait un clin d’œil à Internet, au numérique, aux technologies cybernétiques et bioniques. Au milieu des années 2000, Mark LECKEY (né en 1964 au Royaume Uni) découvre l’image de ce chat, personnage de dessin animé créé en …1919.

 

Françoise Revol-O'Quin | FrancescArts | http://francoiserevol-oquin.com | Réalisation Agence Culture Digitale http://culture-digitale.net/ Culture Digitale, l’agence digitale au service des acteurs culturels depuis 2011.« Felix the Cat » 2013 Mark LECKEY –Tissu, Soufflerie 10x5x5 M

 

« Felix » a été le premier personnage à être télédiffusé lors d’une expérience menée en 1928 par la NBC. En reprenant ce chat, aujourd’hui gonflable, l’artiste britannique veut ainsi célébrer un félin, pionnier de l’ère numérique. Et ledit chat a une sacrée bonne bouille !

 

Autre nouvelle rencontre forte : Giovanni ANSELMO (né en 1934 en Italie) dont la démarche artistique est fondée sur l’espace, le temps, le mouvement, l’énergie et la lumière. Tout a débuté en 1965, un matin à l’aube, lorsqu’il regarde avec émerveillement l’étirement de son ombre. Il prend alors conscience de sa connexion avec l’univers.

 

 

Françoise Revol-O'Quin | FrancescArts | http://francoiserevol-oquin.com | Réalisation Agence Culture Digitale http://culture-digitale.net/ Culture Digitale, l’agence digitale au service des acteurs culturels depuis 2011. 

« Entrare Nell’Opera » 1971 Giovanni ANSELMO-Tirage jet d’encre sur toile (350 x 510 cm) (1997-1998 Date du tirage )

 

 

Il exprime avec justesse son expérience avec cette photographie. Vu en plongée, un homme (lui-même) court vers le centre d’un espace indéterminé (la pente du Stromboli). Il atteint ce point au moment où l’appareil photo se déclenche. Le temps et l’espace se mêlent à cet instant précis.

J’ai adoré cette sensation « d’entrer dans l’œuvre ». Elle permet de toucher la notion d’infini. Fascinant pour moi qui a toujours été subjuguée par l’espace qui nous entoure.

 

Un autre gros coup de cœur, à côté duquel j’ai failli passer, est la vidéo de Christian BOLTANSKI (né en 1944 en France). Bien différente de son œuvre « Personnes », composée de vêtements pour Monumenta au Grand Palais en 2010. Revenons à cette vidéo qui dure près de 15 minute (voir la photo ci-dessous) et qui reprend l’idée des autels placés au bord des routes pour honorer les morts. Elle appelle au souvenir des victimes de la dictature Pinochet assassinées entre 1973 et 1990 et enterrées sur les routes.

 

 

 

Françoise Revol-O'Quin | FrancescArts | http://francoiserevol-oquin.com | Réalisation Agence Culture Digitale http://culture-digitale.net/ Culture Digitale, l’agence digitale au service des acteurs culturels depuis 2011. 

« Animitas, Talabre, San Pedro de Atacama, Chili » 2014 Christian BOLTANSKI

Film couleur, son, 13h16 mn

 

 

 

Cette video, filmée en un seul plan fixe, du lever au coucher du soleil, diffuse le son de 800 clochettes japonaises balancées par le vent. Les tiges, sur lesquelles ces clochettes sont fixées, dessinnent dans le sol la carte céleste du jour de naissance de l’artiste. Une façon pour Boltanski de mélanger son histoire personnelle à celle des milliers d’âmes symbolisées par le tintement des clochettes.

Au pied de l’écran qui diffuse la video, une étendue de fleurs fraiches est posée.

J’ai été saisie par le contraste entre la violence émotionnelle et la sobriétéde cette œuvre. Il en émane une incroyable poésie toute en finesse !

 

Takashi Murakami (né en 1962 au Japon) a été mon dernier coup de cœur. Je connaissais « de loin » son univers, à la fois sombre et merveilleux avec ses personnages fantastiques, créé par son imagination débordante. Mais je n’avais pas conscience à quel point cet univers, aussi immense que riche, était complexe et fascinant.

La fresque monumentale de 35 mètres de long (photo ci-dessous) est un bel exemple de sa créativité débridée. Elle est consacrée à l’histoire des Huit Immortels de la religion taoïste dont l’iconographie s’inspire de la peinture japonaise du XVIIIème siècle.

 

 Françoise Revol-O'Quin | FrancescArts | http://francoiserevol-oquin.com | Réalisation Agence Culture Digitale http://culture-digitale.net/ Culture Digitale, l’agence digitale au service des acteurs culturels depuis 2011.

« The Octopus Eats ItsOown leg » 2017 Takashi MURAKAMI

Acrylique, feuille d’or et de platine sur toile (35 mètres de long)

  

Quel talent de faire cohabiter harmonieusement le passé et les techniques de pointe, mais aussi l’iconographie bouddhique, les maîtres anciens, la peinture classique et les mangas, en passant par les évènements qui ont marqué le Japon (bombe atomique, tsunami …). Rien que ça !!  

 

Si vous êtes parisiens cet été, si vous avez des amis de passage amateurs d’art n’hésitez pas à aller à la Fondation Louis Vuitton. Un petit bémol regrettable : le fléchage des salles à visiter est quasi inexistant ! Très belle exposition qui mérite vraiment le détour.

 

 


 

Exposition « Au Diapason du Monde »

La Collection – Nouvelle Sélection

 

Fondation Louis Vuitton

Jusqu’au 27 août

www.fondationlouisvuitton.fr

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés